« Fallait pas » de Jocelyne Bacquet

Quel écrivain, en mal d’éditeur, ne s’est jamais interrogé sur la raison pour laquelle son manuscrit – pourtant si parfait ! – se voyait systématiquement refusé par toutes les maisons d’édition ? Et quel auteur n’a jamais pensé qu’il irait faire la peau au prochain éditeur qui lui enverrait une réponse négative ?
Mais de là à passer à l’acte, il y a un fossé aux tailles abyssales, que le personnage de ce livre n’hésitera pourtant pas à franchir…
Comment passer du statut d’écrivain à celui d’ennemi public numéro un ? Beaucoup plus simple qu’on pourrait le croire…
Cet auteur désespéré entraînera dans son sillage deux inspecteurs qui vivaient jusque là aux antipodes l’un de l’autre, une libraire à la mémoire étonnante, un agent peu banal, mais aussi des boîtes de biscuits, une réceptionniste aux facettes multiples, ainsi qu’une veuve courage et son émouvant bébé. Le tout, évoluant au milieu de relents de vengeance et de rancœur.


3 sur 5

Une intrigue policière avec comme point de vue celle du tueur, mais aussi celui d’un policier chargé de l’enquête.

Le livre est vraiment très prenant, une fois lancer j’avais beaucoup de mal à le lâcher. Je voulais toujours savoir comment il allait procéder la fois suivante, mais aussi quand il allait se faire avoir.

Ce qui m’a fait bizarre avec ce livre, c’est le manque d’attache. Effectivement; je ne me suis attachée à aucun personnage, que ce soit du côté des « gentils » ou du méchant. Cela m’a beaucoup manqué durant ma lecture.

Le personnage du tueur est vraiment détestable, sexiste à souhait, raciste quelques fois, il déteste les personnes âgées. Du début à la fin, il m’a rebuté. J’aurais aimé retrouver le côté plus « psychologique », pourquoi est-il devenu comme ça? Par contre, le côté auteur déçu et dégouté des maisons d’édition était vraiment plaisant.

On entend bien souvent dire que la plus grande peur de tout écrivain serait la tristement célèbre feuille blanche.

Que nenni ! il existe une peur bien plus intense que celle-là. La peur… de ne pas être reconnu dans son statut d’écrivain.

Fallait pas

Au départ, j’avais peur que les meurtres soient répétitifs, car celui qui les commettait procédait toujours de la même façon. En réalité, les manières varient durant l’histoire, mais j’aurai aimé plus de détail, même venant des policiers.

J’ai beaucoup apprécié la différence entre les deux policiers qui se complète assez bien en fin de compte. Les parties où ils allaient à la pêche aux informations auprès des témoins étaient vraiment bien et cohérentes.

Les éléments de l’enquête ont avancé trop vite à mon goût et j’aurais aimé avoir l’impression de suivre une réelle investigation, mais cela n’a pas été le cas malgré l’histoire prenante. Les policiers découvrent trop vite qui est le tueur même s’il ne le coince pas directement. Les péripéties continuent malgré leurs connaissances ce qui est un bon point.

Rien de gore dans les descriptions, même du point de vue du tueur donc un livre plutôt accessible. Les fans du genre pourront se glisser dans ce livre et apprécier l’ambiance macabre que l’autrice nous propose de sa plume.


Titre : Fallait pas

Autrice : Jocelyne Bacquet

Édition : auto-édition

Nombre de page : 300

Date de parution : 01/09/20


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s